MoviePass aurait tenté d’empêcher les utilisateurs de regarder des films dans les cinémas

MoviePass, un service d’abonnement à des billets de cinéma, a été accusé par la Federal Trade Commission (FTC) de travailler activement pour empêcher ses utilisateurs de voir des films dans les cinémas. Le service obligeait les clients à payer 9,95 $ par mois en échange d’une entrée gratuite dans une salle de cinéma chaque jour. La FTC affirme maintenant que le service a faussement invalidé les noms d’utilisateur et les mots de passe de ses utilisateurs, en utilisant une fraude présumée comme camouflage.

La société a été lancée en 2011 et était détenue majoritairement par Helios et Matheson Analytics. L’idée était que les abonnés payants téléchargent l’application MoviePass sur leur smartphone, choisissent un cinéma et une projection de leur choix et s’enregistrent. L’application a même été nommée parmi les Business Insider’s 25 applications les plus perturbatrices de 2012 et Le meilleur de tout en 2012.

CONNEXES: MoviePass taquine un retour possible avec un compte à rebours mystérieux sur un nouveau site Web

Peu de temps après le lancement de MoviePass, des sociétés de cinéma telles que AMC Theaters ont fait part de leurs inquiétudes quant au modèle commercial et à la durabilité du service. Ces inquiétudes se sont avérées justifiées en juillet 2018, lorsque le service a été contraint de fermer un jour en raison de négociations sur un prêt potentiel. Après la retraite éventuelle du service en septembre 2019, la société mère de MoviePass a déposé son bilan et a annoncé qu’elle avait cessé toutes ses activités commerciales.

Dans une nouvelle tournure, selon un communiqué de presse de la FTC, MoviePass a invalidé les noms d’utilisateur de 75 000 clients, qui ont ensuite été verrouillés hors de leur compte, le processus de réinitialisation du mot de passe du service échouant souvent. La commission allègue également que le PDG de la société, Mitchell Lowe, et le PDG de la société mère de MoviePass « étaient au courant, ont ordonné ou aidé à exécuter le programme de perturbation des mots de passe ». Selon le communiqué de presse, le service a également lancé un programme de vérification des billets qui, encore une fois, n’a pas fonctionné correctement, empêchant des milliers d’abonnés d’utiliser le service qu’ils avaient payé pour assister à des films dans les salles de cinéma. Le communiqué poursuit en déclarant ce qui suit.

« Les opérateurs de MoviePass ont utilisé des » fils de déclenchement  » qui empêchaient certains groupes d’utilisateurs, généralement ceux qui regardaient plus de trois films par mois, d’utiliser le service après avoir collectivement atteint certains seuils en fonction de leur coût mensuel pour l’entreprise « .

« Les opérateurs de MoviePass n’ont pas non plus pris de mesures raisonnables pour sécuriser les informations personnelles collectées auprès des abonnés, telles que leurs noms, adresses e-mail, dates de naissance, numéros de carte de crédit et informations de géolocalisation, selon la FTC. »

« Par exemple, la société a stocké les données personnelles des consommateurs, y compris les informations financières et les adresses e-mail en texte brut, et n’a pas imposé de restrictions sur les personnes pouvant accéder aux données personnelles. »

Le service d’abonnement MoviePass et sa société mère ont tous deux accepté de régler les allégations de la FTC. Ces règlements comprennent des assurances sur la mise en œuvre de mesures de sécurité des données plus efficaces et la fausse déclaration des futures entreprises. L’élément clé de ces règlements étant les mesures contre la fausse déclaration des futures entreprises, étant donné que MoviePass a officiellement fermé ses portes en 2019. Veiller à ce que cela ne se reproduise plus figurait en tête de liste des priorités.

En vérité, MoviePass a été reçu avec inquiétude dès le début. Le programme pilote de 21 cinémas du service, basé à San Francisco, a été annulé tôt à la suite des objections des théâtres AMC et Landmark. À l’époque, le co-fondateur de MoviePass Stacy Spikes s’est exclamé à Deadline Hollywood qu’il « imaginait une journée où les dirigeants de studio pourraient voir les décisions en temps réel que les abonnés prennent à partir de leurs téléphones et appareils.

« Si les studios disent qu’ils ne sont pas intéressés à pouvoir parler à leurs clients, savoir ce qu’ils pensent et pouvoir les informer de choses comme des articles auxiliaires, et que les propriétaires de cinéma ne sont pas intéressés à ce que ces personnes aillent au cinéma plus, et augmenter les ventes de concessions, et nous avoir mis tout cela dans la paume de leurs mains, alors je suis dans la mauvaise affaire. »

MoviePass a annoncé un retour plus tôt cette année, mais rien n’a été entendu à ce sujet depuis. Cette nouvelle est née à Mashable.

Sujets : MoviePass, Salles de cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *